HUB NEWS

INTERVIEWS : tendances et enjeux à venir sur le marché de l’AdTech

Découvrez les perspectives du marché décryptées par trois acteurs de l’AdTech : Pierre-Antoine Durgeat, CEO d’ADventori, Rudy Lellouche, CSO d’Adyoulike et Xavier Mariani, co-fondateur d’Adikteev.

Trois spécialistes de l’AdTech ont accepté de répondre à nos questions pour nous donner leur éclairage sur l’avenir de l’AdTech en France.

Entre fiabilité de la mesure, créativité, focus sur l’utilisateur, transparence, intelligence artificielle, réengagement et mobile, les perspectives de l’AdTech sont riches et multiples. Mais on vous laisse découvrir tout cela plus en détail dans les interviews qui suivent.

 

Quelles seront, selon vous, les grandes tendances de l’AdTech dans l’année à venir ?

Pierre-Antoine Durgeat, CEO d’ADventori :

« Un enjeu qui a déjà émergé fin 2016, c’est la fiabilité de la mesure. La question essentielle est : que se passe-t-il réellement sur les pubs digitales ? Une publicité dans la rue est visible, affichée, ce qui n’est pas toujours le cas d’une publicité en ligne. Il y a donc un enjeu aujourd’hui quant à la mesure et à sa fiabilité. C’est un sujet qui va devenir de plus en plus important dans l’année à venir.

On peut également parler de la créativité. Un énorme travail a été fait ces dernières années pour être capable de cibler individuellement les internautes. On a vu émerger des géants comme AppNexus ou évidement Google et Facebook. Maintenant qu’on est capable de toucher la bonne personne, la question de ce qu’on leur dit est devenue fondamentale. Être capable de savoir exactement à qui on parle mais lui dire quelque chose de générique c’est un peu dommage, donc probablement, dans les années qui viennent, le message deviendra de plus en plus important. Nous le percevons car ADventori est une technologie utilisée jusque-là principalement par les agences média et progressivement nous commençons à être sollicités par les agences créatives, qui se demandent comment faire pour personnaliser la création et pas seulement l’achat média. »

Rudy Lellouche, CSO d’Adyoulike :

« L’avenir de l’Adtech réside avant toute chose dans la compréhension de l’expérience de l’utilisateur, ou plus précisément de son interaction avec la publicité. Nous nous devons d’être au plus proche de l’internaute, connaître ses besoins, anticiper ses envies, pour lui servir une publicité personnalisée dans un contexte maîtrisé et en affinité avec son profil actuel.

Résoudre l’équation éditeur/annonceur/utilisateur, c’est créer un cercle vertueux au sein du marché de l’AdTech, permettant de contourner le phénomène des AdBlocks, améliorer le ROI, et faire aimer la publicité.

Cela se traduira selon moi en deux grandes tendances. La première, c’est une adaptation encore plus grande des formats publicitaires aux usages des internautes, avec une évolution créative et une plus grande diffusion des formats de Native Advertising. La deuxième, c’est l’utilisation de plus en plus significative de l’intelligence artificielle à la fois dans la compréhension des profils utilisateur et dans le ciblage contextuel des internautes. »

Xavier Mariani, co-fondateur d’Adikteev :

« Il y a plusieurs tendances de fond. Une importante selon moi c’est la transparence. En effet, c’est un marché qui est très opaque avec une chaîne de valeur très fragmentée donc on a besoin de transparence. Les clients ont besoin de savoir où ils mettent leur argent. Et nous avons besoin de mesurabilité, c’est-à-dire savoir, pour 1€ investi, combien ça nous rapporte. Cela me semble fondamental et je pense que ce qui ne prenne pas ce parti-là vont se planter.

Il y a aussi une autre tendance très forte qui est le mobile qui prend maintenant le pas en termes d’investissement publicitaire.

Et enfin, il y a un gros sujet autour du réengagement. Tous les annonceurs ont beaucoup dépensé sur de l’acquisition d’utilisateurs sans vraiment savoir ce qu’ils achetaient et ils se retrouvent avec des bases installées énormes et ils ne savent pas vraiment quoi en faire. Il va donc falloir réactiver toute cette audience dormante, ce qui coûte beaucoup moins cher qu’acquérir de nouveaux utilisateurs. »

 

Quels sont les challenges de demain pour les acteurs de l’AdTech ?

Pierre-Antoine Durgeat, CEO d’ADventori :

« Je suis assez pessimiste pour l’avenir du marché car aujourd’hui les acteurs français n’ont pas la taille critique et sont en compétition avec des géants comme Google et Facebook. Des agrégations vont avoir lieu mais le problème c’est d’atteindre la taille critique d’achat média pour être compétitif. Hormis Criteo, il n’y a pas encore en France d’acteurs assez gros pour que la consolidation puisse avoir un impact significatif sur le marché.  Les premières consolidations se feront certainement en Asie et aux Etats-Unis, sur de très gros marchés. On a vu Turn se faire racheter le 22 février 2017 pour 300 millions par exemple. Malheureusement la France est un peu à la traine du fait de sa fragmentation. »

Rudy Lellouche, CSO d’Adyoulike :

« Le plus grand challenge de l’AdTech aujourd’hui, c’est d’offrir une transparence aux utilisateurs, aux annonceurs et aux éditeurs. Être plus transparent, avoir des offres technologiques beaucoup plus précises, travailler sur le contexte pour avoir toujours la meilleure publicité et l’adresser également à la bonne personne, quel que soit le device.

Il faudra par ailleurs encore innover, repousser les limites d’un marché immense et où le nombre d’acteurs croît sans cesse. L’éventuelle disparition du cookie tiers sur le marché français ne nous empêchera pas de trouver d’autres solutions pour améliorer l’expérience utilisateur et client. »

Xavier Mariani, co-fondateur d’Adikteev :

« Je pense qu’il va y avoir de la casse, beaucoup. Il va falloir que le marché s’assainisse car il y a trop d’acteurs. Le challenge pour ceux qui survivent sera de créer de la valeur pour leurs clients et aussi de faire face à des gros comme Facebook et Google. L’important c’est d’apporter une véritable plus-value sur une spécificité, une niche. Facebook fait un peu de tout, plutôt bien, par contre il le fait sur l’écosystème Facebook et on ne peut pas se limiter à cet écosystème. Chacun doit trouver sa place dans l’écosystème en se disant « mon truc c’est ça. Je ne vais pas essayer de tout faire mais par contre ce que je vais faire je vais le faire très bien ». »

 


 

Pierre-Antoine Durgeat

CEO d’ADventori, Data-Driven Creative Adserver voué à optimisation la création publicitaire.

 Rudy Lellouche

CSO et General Manager France d’Adyoulike, une plateforme technologique de native advertising.

 Xavier Mariani

Co-fondateur d’Adikteev, une plateforme technologique drivée par le marketing prédictif.